Un tipi au château d'Épinal

Contenu du Un tipi au château d'Épinal
23 mai 2019 par Sophie Armbruster
On peut se demander, en regardant ce dessin réalisé par Charles Pensée en 1828, s’il existait un camp indien au château d’Épinal au début du XIXe siècle ?

La légende du dessin m’indique rapidement que je fais fausse route et qu’il s’agit en fait d’une glacière…

Bon, les glacières portatives que l’on utilise en été pour transporter les boissons et le pique-nique, je vois bien, mais cette construction en forme de tipi recouvert de paille, c’est un peu plus obscure pour moi !

Alors qu’est-ce que c’est que cette glacière ?

Les glacières, une invention ancienne

Les glacières sont des constructions qui servaient à conserver pendant de longue période la glace récoltée sur les surfaces d’eau gelée et emmagasinée durant les périodes hivernales.

L’idée de conserver les aliments grâce à la glace est très ancienne puisqu’elle remonterait au IIe millénaire avant notre ère en Mésopotamie. Simples trous creusés dans le sol pendant l’Antiquité, les glacières se sont sophistiquées pour devenir de véritables constructions maçonnées. Ces éléments architecturaux, à vocation utilitaire, sont constitués d’une cavité profonde et cylindrique, d’un couvrement et d’une porte limitant l’entrée de l’air chaud et orientée vers le Nord pour éviter le réchauffement de la glace.

En France au cours du XVIe siècle et sous l'impulsion de Catherine de Médicis, se développe le goût pour les sorbets et les glaces. C’est ainsi que de nombreux châteaux français comme celui de Chantilly s'équipent de glacière. Très longtemps, elles sont restées à l’abri des regards, à proximité des cuisines ou dans les basses-cours. Puis avec la mode des jardins à l'anglaise, à partir de la fin du XVIIIe siècle, elles deviennent un élément à part entière du décor et s’intègrent dans le paysage.

La glacière du château d’Epinal

C’est cette mode qui va pousser Christophe Doublat, propriétaire du parc du château d’Épinal, à y faire aménager un vaste ensemble paysagé au début du XIXe siècle. Fier de son parc, Christophe Doublat souhaita l'immortaliser, en commandant un recueil de dessins à Charles Pensée. Dans ce jardin romantique à l’anglaise, plusieurs « folies » ou fabriques de jardin y sont dispersées : pavillon d’accueil, maison du jardinier, chalet suisse, baraques construites sur le modèle des isbas russes, laiterie et notre fameuse glacière, qui est située sur le flanc nord de l’éperon rocheux du Château.

On ne sait que très peu de chose sur cette construction.

Les Archives municipales d’Épinal (cote 1 M 102) nous apprennent seulement que la glacière a été louée en 1896 et en 1897 par la Ville d’Épinal à un certain Joseph Schoch, brasseur au faubourg Saint-Michel d’Epinal. Il avait l'autorisation de prélever la glace dans l’étang du parc du château et de l’acheminer via les portes Saint-Michel ou d’Ambrail. Cependant il n’en a guère profité ! La première année, l’ensemble de la glace a fondu faute de travaux réalisés sur la structure et la deuxième année, il n’a pas fait assez froid pour récolter de la glace !

À partir de 1903, la Ville décide de ne plus louer la structure.

Aujourd’hui de cette « glacière-tipi » il ne reste plus que les fondations en pierre.

IMG_20190417_154346
La glacière du château d'Épinal en 2009
IMG_20190417_154252
La glacière du château d'Épinal en 2009

Sources :

Blum-Passetemps, Dominique, Grasser, Jacques, Charles Pensée, témoin d'Epinal, Nice, B. Giovanangeli, 1992 

Découvrez également

09 mai 2019
Contenu du La Porte des Allemands

La Porte des Allemands

La porte des Allemands est le plus important des remparts médiévaux de Metz. Véritable forteresse avec ses tours, ses créneaux en mâchicoulis, de style Gothique et Renaissance, sa construction s'est étalée du XIIIe au XVIe siècle.

27 février 2019
Contenu du La Place Saint-Epvre et sa statue

La Place Saint-Epvre et sa statue

La place Saint-Epvre, créée sous le règne du duc René II (1473 - 1508), est la plus ancienne place de Nancy. Elle a connu une période de grande animation puisque le marché et les foires s'y déployaient. C'est à cette fin qu'elle était bordée sur son côté est de halles marchandes dont les arcades subsistent aujourd'hui. Au tout début du XXe siècle, elle était devenue une place de second ordre, lieu de ralliement des fripiers. Elle semble aussi avoir servi de point de rendez-vous aux citoyens. En son centre s'élève la statue du duc René II.