Contenu du Théâtres de papier

Plantons le décor

Au début, les imagiers de tous les théâtres de papier représentaient les mêmes lieux classiques : le palais, la place publique, le salon, la chambre rustique. Puis les décors se diversifièrent : apparurent le château, la forêt, le port de mer, le moulin... Les jardins constituaient un décor de prédilection.

Au XIXe siècle, on est friand pour l’ailleurs, l’exotisme. C’est là qu’il faut chercher l’origine de décors représentant des palais lointains, turcs ou chinois. Mais, pour ce qui concerne l’Orient comme pour le reste, les images étaient toujours très stéréotypées. Ainsi, le salon représentait le mode de vie des notables alors que la chambre rustique évoquait le monde de labeur des gens simples. Les décors représentaient une vision idéalisée de la vie quotidienne de l’époque. Et ils évoluaient avec la société qui les entourait.

Les petits théâtres de papier sont montés. Ils sont splendides, colorés, luxuriants...voire flamboyants. Mais ils ne sont encore qu’un magnifique écrin vide… Le décor, c’est le “costume de la pièce” selon Louis Jouvet et il nous faut de vrais costumes de théâtre pour que tout cela s’anime !

L’habit fait le moine

On fera alors l’acquisition d’autres planches où l’on pourra découper des meubles, des accessoires et des personnages pour faire vivre ces décors.

Les planches de personnages ont plusieurs sources d’inspiration : les opérettes à la mode, les opéras comiques, les contes ou tout simplement la vie quotidienne. Ce mélange entre imaginaire et réalisme plait beaucoup.

Le siècle d’or du costume est le XVIIIe siècle. Et l’on peut retrouver toute la société de cet époque croquée en silhouettes de papier. Chacun peut monter sur la scène, quel que soit sa position sociale, son métier, en incarnant le roi ou le palefrenier, la soubrette ou la comtesse. Sur nos planches de l’Imagerie d’Epinal, chaque costume correspond à son personnage. Ici, l’habit fait le moine.

On retrouve aussi des personnages célèbres comme Figaro ou des figures de l’histoire comme Jeanne d’Arc ou Cromwell. Le goût des voyages a permis d’apprécier les costumes dits “pittoresques” et les personnages venant de contrées lointaines et exotiques sont très représentés. Mais plus près géographiquement, on retrouve aussi un large éventail de  costumes régionaux typiques, non dénués d’attrait.

 

 

 

Contenu du Théâtres de papier