Le vêtement, initialement destiné à se couvrir, est aussi devenu au fil du temps un costume. Et ce costume est fait pour être vu, séduire, inspirer des modes, et surtout permettre aux comédiens d’entrer de plain-pied dans la peau de leurs personnages.

Contenu du Le costume de théâtre Contenu du Le costume de théâtre

Le vêtement, initialement destiné à se couvrir, est aussi devenu au fil du temps un costume. Et ce costume est fait pour être vu, séduire, inspirer des modes, et surtout permettre aux comédiens d’entrer de plain-pied dans la peau de leurs personnages.

Les origines

Dans l’Antiquité

Le théâtre émane du rite religieux et le masque suffit pour devenir l’intermédiaire divin. Puis les masques se multiplient et les personnages avec eux : le comédien apparaît. La prière, détrônée par les récits et les dialogues, se transforme en spectacle.

Au Moyen âge

Le théâtre occidental ignore le masque mais le prêtre est toutefois vêtu d’un voile qui lui permet d’incarner facilement  les personnages de l’évangile. Les fidèles, quant à eux, fabriquent chapeaux et couronnes, queues fourchues et ailes de papier pour la Fête des Fous. L’art du costume est dans sa fleur. Les femmes se font habilleuses et les hommes ou les adolescents interprètent les rôles masculins et féminins.

Contenu du Le costume de théâtre Contenu du Le costume de théâtre
Entre sédentarité et itinérance

Le théâtre élisabéthain (1562-1642)

Shakespeare est le grand ambassadeur de ce théâtre qui s’adresse aux élites comme au peuple. On assiste alors à la naissance des compagnies d’acteurs et des théâtres permanents. Au vu du grand succès public et aussi parce que les comédiens respectent infiniment le travail du dramaturge, les costumes choisis sont désormais d’une très grande qualité.

 

Un théâtre français rudimentaire au XVIe siècle

A cette époque, le théâtre est plus rudimentaire. On joue où l’on peut et avec ce que l’on trouve. Une de ces troupes itinérantes, la “Commedia dell’Arte” (née en 1528) est un peu à part. Chacun y est jongleur, acrobate, et incarne un seul personnage revêtant un costume caractéristique et un masque. Seuls les amoureux, Colombine, Lélio et Isabella, n’ont portent pas. Ces costumes ont grandement influencé la mode, et le personnage du vieillard Pantalone a donné son nom à ce vêtement que nous portons tous les jours.

Les théâtres se multiplient bientôt. L’art dramatique prend une place importante dans la société du divertissement. Au XVIe siècle, que les pièces se situent à l’étranger ou dans l’Antiquité, les costumes étaient ceux du XVIe siècle.
 

Contenu du Le costume de théâtre Contenu du Le costume de théâtre
Artifice ou vérité

Un théâtre plus authentique au XVIIe siècle

On tente de se rapprocher de l’authentique, sans y parvenir vraiment. Mais petit à petit, des nouveautés apparaissent : une couronne de lauriers sur une perruque ou un drapé. Accessoires ou pièce de vêtement tentent le lien avec l’époque représentée. Le costume de théâtre commence à exister à part entière. 

A la fin de ce siècle d’or théâtral, les spectateurs viennent écouter les comédiens mais aussi les voir. Ces derniers, à grand renfort d’ excentricités, cherchent à se mettre en valeur : paniers pour les dames, tonnelets pour les hommes, drapés, perruques exhaussées, longues traînes. Tous ces artifices bloquent leur jeu et rigidifient quelque peu leur pose.

 

 

Plus de naturel au XVIIIe siècle : la transition Clairon

Le théâtre qui montre le monde sait aussi créer des modes. Watteau peint les artistes du XVIIIe siècle et croque notamment les comédiennes qui aiment à montrer leur taille si fine.
Il s’agit d’un pur artifice, d’un effet d’optique obtenu par l’ajout d’un panier sous leurs jupes. Grâce à Watteau, cet accessoire, connu au siècle précédent, remporte un vif succès auprès de la gent féminine. 

Hippolyte Léris de La Tude, dite Mademoiselle Clairon, comédienne entrée à la Comédie Française en 1743, ne veut plus de ce théâtre et crée le scandale dans une pièce de Voltaire, L’Orphelin de la Chine (1755). Elle porte bien la perruque et les aigrettes de l’époque mais a retroussé ses jupes sur un panier qu’elle a fait réduire, laissant apparaître de longs pantalons à l’orientale. 
La proposition de “La Clairon” est celle d’un jeu plus naturel qui va transformer profondément le théâtre. Ce changement sera accompagné de la réforme du costume qui supprime paniers, traînes et panaches pour une tenue plus proche du personnage à interpréter. Le panier disparaît définitivement en 1789...
 

Contenu du Le costume de théâtre Contenu du Le costume de théâtre
Le costume : tout un art !

Un grand souci du détail au XIXe  siècle

Les romantiques aiment la précision et sont particulièrement doués pour la reconstitution historique. Leurs costumes s'appuient sur les tableaux des grands peintres tels que Franz Hals ou Dürer, ce qui leur confère une grande fidélité historique.

 

Dans le premier quart du XXe siècle

Les peintres créent des costumes comme des décors, comme leurs toiles, couverts de taches de couleurs. 
Puis le metteur en scène fait enfin ce choix : le costume n’est plus là pour flatter l’interprète mais pour accompagner son personnage. 
Vérité historique et vérité psychologique du personnage peuvent enfin se rejoindre…