Les marchés lorrains

Cartes

Cartes

Les marchés lorrains

Les marchés sont apparus au Moyen Âge. Ce sont des lieux très importants pour les habitants. C’est un moyen de s’approvisionner en denrées alimentaires, mais aussi une ressource financière.

Le marché couvert d'Épinal

Construit en 1895, ce grand marché est le lieu où les spinaliens, ainsi que les autres habitants des villes et villages environnants, venaient et viennent encore profiter des produits frais que proposent les commerçants. Les marchés se tenaient tous les mardis, les mercredis sans foire, les vendredis, et les samedis. On pouvait trouver des vendeurs de bestiaux comme le porc gras, ainsi que des commerçants de provision de ménage.

Le marché aux grains d'Épinal

Dans la cité spinalienne, il y avait aussi des marchés spécialisés comme le marché aux grains qui se tenait tous les samedis et les jours de foire dans les halles le matin, et au Café Henri-Arnould l’après-midi.

Le marché de la place de l'Âtre à Épinal

Il s’agit d’une carte postale présentant un marché de quartier situé sur la Place de l’Âtre, à côté du chevet de la Basilique Saint-Maurice. Sur cette image, on peut voir qu’il y avait des vendeurs de casserole, d’étoffes, et sans doute des maraîchers ainsi que d’autres marchands de denrées alimentaires.

Le marché de la place du Palais-de-Justice à Épinal

Cette carte postale montre un marché se situant sur la place du palais de justice, autour des chapelles rayonnantes de la Basilique Saint-Maurice. Les étales sont simples. Certains commerçants exposent leurs produits à même le sol, d’autres vendent autour de leurs charrettes. Mais tous ces marchands ont une toile tendue au moyen de morceaux de bois, afin de se protéger du soleil.

Le marché de la Place Léopold à Épinal

Le marché de la place Léopold, aujourd'hui appelée place Georges Clemenceau, se situe à proximité des abattoirs de la ville. Il s’agissait donc sûrement d’un marché à viande.

Le marché de Rambervillers

Pendant longtemps, les rues, les quartiers et les places prenaient le nom de l’activité principale de la zone en question. Dans le cas présent, à Rambervillers, la place historique du marché était l’emplacement historique où se déroulait le marché hebdomadaire. Il avait lieu tous les jeudis et on pouvait acheter du poisson, du gibier, de la volaille, du beurre, des œufs, et des fruits et légumes.

Le marché de Xertigny

Ce jour de marché à Xertigny montre des personnes aller et venir. Certains sont avec leurs charrettes afin de transporter leurs marchandises à bon port.

Le marché de Gérardmer

Petit marché autour de l'Église de Gérardmer.

Le marché aux fleurs de Metz

Petit marché aux fleurs sur la place Jean-Paul II à Metz.

Le marché place de l'Église Saint-Sébastien à Nancy

Jour de marché aux grains place de l'Église Saint-Sébastien à Nancy.

Le marché sur le parvis de l'Église Saint-Epvre à Nancy

Marché sur la place de l'Église Saint-Epvre à Nancy.

La cour du marché couvert de Metz vers 1895

Metz est l’une des villes les plus importantes de Lorraine. En effet, elle fait partie des Trois Évêchés avec Nancy et Toul. En 1730, le gouverneur des ces trois places décide de réaliser un projet urbanistique afin d’aérer les quartiers autour de la cathédrale Saint-Étienne. Pour cela il souhaite faire construire une place royale ainsi que différents bâtiments publics. Le projet monté par l’architecte Jacques-François Blondel présente l’aménagement de trois places en plus de la construction de l’Hôtel de Ville, l’Hôtel du Parlement, le Corps de Garde et le Palais épiscopal. Le chantier est prévu pour l’an 1762, mais les financements retardent les travaux et ce jusqu’en 1785. La Révolution Française met un pied d’arrêt à ce projet. En 1789, il n’y a qu’un seul niveau du palais de l’évêque qui est construit. Comme tous les biens du clergé, l’État saisi ce bâtiment à moitié construit, et désire en faire un Palais de Justice. Ce projet n’ayant pas aboutit, la ville de Metz achète ce bâtiment dans les années 1820. La ville choisit d'en faire un marché couvert. Ce dernier ouvre ses portes en 1831 sur l’actuelle place Saint-Jacques. Il remplace les marchés quotidiens qui se tenaient sur la Place d’Arme et sur la Place de la Chambre du Parlement (actuellement la place Jean-Paul II). Cependant, sur la place en face du marché couvert, des marchands continuaient de vendre leurs produits. Il y avait majoritairement des marchands de fleurs et des vendeurs de fruits et légumes.

 

Voir toutes les photos du marché couvert de Metz

Le marché régulateur des fécules des Vosges

Le marché régulateur des fécules des Vosges avait lieu le samedi et les jours de foire à Épinal. Une partie de ce marché avait lieu à la Bourse et l’autre, au Café Henri-Arnould. La bourse, pour les filés et les tissus en coton, prenait place tous les samedis, exceptés les premiers de chaque mois car ce dernier se déplaçait à Remiremont.

Le marché de la place des Vosges à Épinal

La place des Vosges est une ancienne place commerçante, on le voit grâce aux arcades présentes en arrière plan. C’est le marqueur des petites échoppes du Moyen Âge. La tradition continue puisque sur cette carte postale de la fin du XIXe siècle, on peut voir des marchands entrain d’installer leurs stands. Au premier plan, on remarque un homme entrain de terminer la présentation de ses produits.

Le marché aux bestiaux de Provenchères-sur-Fave

De nos jours, les marchés communaux ont lieu une fois par semaine, mais par le passé, il pouvait y avoir plusieurs dates et les marchandises différaient selon les jours. Il s’agit ici d’un marché aux bestiaux où l'on vendait des animaux de ferme. On perçoit en arrière plan que la majeure partie du marché se situe autour de l’église comme la plupart des marchés depuis le Moyen Âge. Au premier plan, on voit un homme tenir deux bœufs devant une porte, peut-être des achats récents.

Le marché de Remiremont

Le marché de Remiremont avait lieu tous les mardis et vendredis. La Grande Rue est ici bordée stands de chaque coté de la voie et les arcades donnent un espace où marcher à l’ombre.