Contenu du Les jeux de papier

Au XIXe siècle, les jeux de papiers connaissent un véritable essor. En Lorraine, ces jeux sont fabriqués par des imagiers, notamment à Metz avec l'imagerie Dembour et Gangel, ou à Epinal par l'imagerie Pellerin.


Théâtres de papier


A la fin du XVIIIe siècle, le marionnettiste lorrain Dominique Séraphin acquiert une grande renommée avec son théâtre miniature. Ses pièces, présentées au palais royal depuis 1874, voyagent ensuite en province et attirent de nombreux spectateurs. Les imagiers lorrains, après s'en être inspiré, créent des planches illustrées de minutieux décors à découper. Les enfants peuvent désormais fabriquer leur propre théâtre chez eux !
Des décors variés font ainsi leur apparition : salon bourgeois, paysage de campagne, forêt, pièces de palais… Ils sont réalistes et hauts en couleurs. Pour monter son théâtre, l'enfant doit former une boîte dont les murs sont recouverts par les illustrations d'architectures. Une panoplie de meubles et d'accessoires en papier sont aussi à découper pour compléter le tout. La construction du théâtre est déjà un jeu pour l'enfant, qui nécessite toutefois de la précision, et bien souvent l'aide d'un adulte…

Personnages à découper


Les imagiers lorrains dessinent également de multiples personnages en papier pour animer leurs théâtres miniatures. Ainsi, les enfants imaginent leurs propres histoires ou rejouent les pièces de théâtre qui accompagnent généralement les planches illustrées. Des pantins et des marionnettes, avant d’être construits en carton ou en bois, sont aussi produits par les imagiers. Souvent inspirés des personnages de la comédie populaire, leurs corps sont fragmentés en différents morceaux. Pour animer son pantin, il faut percer avec une aiguille les trous placés au bord de chaque membre, avant de les relier avec de la ficelle. Nous pouvons aussi évoquer les faces ou sujets à transformations comiques: il s'agit de visages et de corps séparés en deux parties, issus de l’imagerie populaire. Le but du jeu est d'associer les différents morceaux découpés, pour former des petits personnages aux expressions comiques et grimaçantes.

Contenu du Les jeux de papier
Contenu du Les jeux de papier

Ombres chinoises en scène


Les ombres chinoises ont des origines incertaines : Chine, Inde, Indonésie… c'est à la fin du XVIIIe siècle qu'elles sont introduites en France, également par Dominique Séraphin, dont les pièces de théâtre se terminent souvent par un spectacle d'ombres. Inspirés par ce dernier, les imagiers messins sont les premiers à créer leurs propres planches d'ombres chinoises. Les traits de visage et les plis des vêtements ressortent en blanc et doivent être percés à l'aide d'un cutter, pour laisser passer la lumière.
Comment monter son spectacle d'ombres? Les figures sont manipulées entre un écran et une source de lumière. Une feuille blanche, fixée sur un châssis de bois, fait office d'écran. Il est nécessaire de la rendre transparente, avec de l'huile d'olive par exemple, afin que les ombres soient assez prononcées. Les imagiers messins fournissent même des astuces pour réaliser des trucages: imiter le bruit de la pluie avec un étui de fer blanc rempli de sable, ou faire des éclairs en passant rapidement une chandelle derrière l'écran… tout est expliqué pour que le spectacle commence !