Le corbeau et le renard

Contenu du Le corbeau et le renard
10 avril 2021 par Adeline Kuntzler

Le corbeau et le renard est une fable, un genre de récit qui se caractérise par une dimension morale. La version la plus connue est celle du XVIIe siècle. En disant fables on pense immédiatement aux fables de Jean de la Fontaine apprises sur les bancs de l’école. La cigale et la fourmi, le lièvre et la tortue… le corbeau et le renard. Ces fables sont entrées dans l’imaginaire collectif français et font partie du fonds culturel commun. Cependant la fable remonte à la nuit des temps, elle fait partie de la tradition orale bien avant l’écriture. Elle se constitue en tant que genre littéraire avec Esope, le plus grand fabuliste de l’Antiquité, qui met en scène des animaux.

undefined
Le corbeau et le renard

Maître Corbeau, sur un arbre perché, tenait en son bec un fromage… L’histoire se résume ainsi : Un corbeau fier et orgueilleux perché sur un arbre et un renard rusé et flatteur qui veut lui prendre son fromage. La morale formulée ici par Jean de La Fontaine est « tout  flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute ». À une époque où la flatterie est un art, La Fontaine choisit de critiquer, non pas les flatteurs mais ceux qui les écoutent. Il dénonce la vanité humaine.

 Maître Corbeau, sur un arbre perché,
           Tenait en son bec un fromage.
       Maître Renard, par l'odeur alléché,
           Lui tint à peu près ce langage :
       Et bonjour, Monsieur du Corbeau,
    Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
           Sans mentir, si votre ramage
           Se rapporte à votre plumage,
     Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie,
           Et pour montrer sa belle voix,
   Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
   Le Renard s'en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
              Apprenez que tout flatteur
     Vit aux dépens de celui qui l'écoute.
   Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.
           Le Corbeau honteux et confus
   Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

 

Jean de La Fontaine s’est inspiré d’Esope, à la différence près que dans la fable d’Esope le corbeau tenait un morceau de viande dans son bec et que la morale était « Cette fable s’applique aux imbéciles »

C'est en 1668, que Jean de la Fontaine fait paraître son premier recueil de fables qui contient Le corbeau et le renard qu'il destine au dauphin âgé de 8 ans. Sous Louis XIV, les artistes et écrivains dépendent du mécénat et du pouvoir royal. Impossible pour eux de critiquer ouvertement les membres de la royauté ou du clergé. La Fontaine réussit la critique implicite grâce à l'utilisation des animaux.

Le corbeau et le renard est une des fables les plus célèbres, elle a été reprise, adaptée, revisitée de nombreuses fois et dans de nombreux domaines et cela encore de nos jours. Rien d'étonnant de voir cette référence  apparaître dans la publicité ; notamment ici dans le domaine de santé. La fable est détournée pour mettre en avant un médicament. Le corbeau ne se fait pas toujours avoir par la flatterie.

undefined
Cette fois ce sera le renard qui se fera avoir en prenant des laxatifs

 

undefined
Le corbeau fait tomber ses pastilles pour la gorge

.

undefined
Le corbeau aidant donne des médicaments au renard souffrant

 

 

 

Découvrez également

25 février 2021
Contenu du À la recherche du paradis

À la recherche du paradis

Durant près de trois millénaires, on ne mettra pas en doute son existence et on tentera de le situer voire même de le rechercher...

31 décembre 2020
Contenu du Le gui, un éternel recommencement

Le gui, un éternel recommencement

Depuis la nuit des temps, la tradition veut que le passage à la nouvelle année se fasse en s'embrassant sous une branche de gui, accrochée dans le foyer en guise de porte bonheur.