Le palais sur la place

Contenu du Le palais sur la place
18 octobre 2020 par Véronique Huart
En passant tous les jours devant ce monument, les souvenirs m'assaillent. Mais quelle est donc l'histoire de ce palais sur la place ? 

Ancienne étudiante en lettres de l'université de Nancy et Metz (aujourd'hui université de Lorraine), la "fac de droit" et son bâtiment, place Carnot, ont toujours été pour moi associés à l'image d'étudiants "prétentieux" et "guindés" qui nous regardaient de haut, nous, les étudiants en sciences humaines, les "hippies", dans notre bâtiment des Trente Glorieuses, excentré, se voulant moderne mais déjà délabré. Oui, pour moi, ils semblaient nous regarder, depuis leur bel édifice, comme on regarde un parent pauvre.

L'université en Lorraine.

La Lorraine comptait une prestigieuse université, depuis le xvie siècle, d’abord sise à Pont-à-Mousson puis à Nancy. La Constituante, gouvernement hérité de la Révolution, met fin en 1793 à toutes les universités de France, pour faire table rase du passé. Nancy n’y échappe pas. En 1809, Napoléon crée les académies. La Lorraine en compte deux, celle de Nancy et celle de Metz. Mais en 1815, Louis XVIII supprime les facultés et les académies. En 1838, Napoléon iii a pour grand projet de réorganiser l’enseignement supérieur dans le pays en créant quinze académies. Malheureusement, la Lorraine n’est pas concernée. Intervient alors Guerrier de Dumast, qui, grâce à un lobbying intensif auprès de Napoléon III, parvient à faire admettre la Lorraine dans le projet, comme seizième académie. Or, Nancy ne dispose pas de bâtiment suffisamment spacieux pour accueillir un nombre important d’étudiants. Il lui faut donc un nouvel édifice. C’est à l’architecte Prosper Morey qu’est confiée la tâche de concevoir un nouveau monument. Le palais de l’université, inauguré en 1862, comportait à l'origine les facultés de Sciences et de Lettres. La faculté de Droit n'y fut intégrée que deux ans plus tard.

undefined
Nancy. Palais de l'Académie

Nous étions donc les premiers destinataires de ce monument d'architecture. Il n'en fallut pas plus pour me réconcilier avec l'imposante bâtisse de l'ancienne place de Grève. Et ce n'est que cent ans après son inauguration que les étudiants de lettres et sciences humaines seront transférés boulevard Albert Ier, dans des locaux à l'époque flambant neufs, suite à l'augmentation du nombre d'étudiants, qui rendit intenable la cohabitation des différentes facultés au sein d'un même bâtiment.

Nous pouvons donc, nous aussi, nous réclamer de l'histoire glorieuse du palais de l'académie.

Découvrez également

23 septembre 2020
Contenu du À la découverte de Versailles (mais en Lorraine) !

À la découverte de Versailles (mais en Lorraine) !

Avez-vous déjà entendu parler de la station thermale de Martigny-les-Bains ? Non ? Pourtant cette ville fut surnommée pendant de nombreuses années la « Versailles thermale » ! Je vous l’accorde, l’eau a coulé sous les ponts depuis… Retour sur l’aventure thermale à Martigny, ses déboires, ses réussites et (malheureusement) sa disparition.

20 août 2020
Contenu du D'un soir...dames...

D'un soir...dames...

Patrice Goré, artiste vendômois, nous propose une prose manuscrite sur du papier Japon numérotée 28/64 dont les gravures et le texte sont de sa main.