Balade vers les lacs et étangs des Vosges

Cartes

Balade vers les lacs et étangs des Vosges

Lacs majestueux situés au cœur des montagnes ou petits étangs de villages, admirez avec notre carte la diversité des paysages naturels des Vosges et apprenez-en plus sur l’histoire de ces lieux !

Lac Blanc (Orbey)

Le lac Blanc est situé dans le massif des Vosges à une altitude d’environ 1050 m, près de la commune d’Orbey. D’une superficie de 29 ha et d’une profondeur maximale de 72 m, il doit son origine, tout comme le lac Noir qui est très proche, à l’ancienne activité glaciaire de la région. Ce lac entouré de forêts et de montagnes offre un panorama sauvage grandiose, notamment depuis le promontoire qui le surmonte, le Rocher Hans, surnommé aussi « Château Hans ».

En effet, selon la légende, le château d’un seigneur féodal, Jean de la Roche (Hans von Felsenstein), se dressait auparavant à cet endroit. Le château aurait été détruit lors d’une terrible nuit d’orage, à la suite d’un blasphème commis par le seigneur des lieux le soir de la Toussaint, ne laissant sur place que ce rocher comme unique ruine.

Vallée des Lacs

Le magnifique paysage de la Vallée des Lacs peut être contemplé depuis le massif du Hohneck, dont le sommet culmine à 1363 m d’altitude. Nous pouvons voir sur cette carte postale les lacs de Retournemer et de Longemer.

Étang de Chantraine

Une barque glisse paisiblement sur le calme étang de Chantraine, situé près d’Épinal. C’est encore aujourd’hui un lieu privilégié par les pêcheurs, du moins lorsque le lac n’est pas gelé !

Les curieux qui préfèrent la marche peuvent quant à eux aller contempler les imposantes Roches d’Olima situées à seulement quelques kilomètres.

Étang d’Autreville

Un pêcheur aux abords de l’étang du petit village d’Autreville (295 habitants recensés en 1901). Il est possible d’apercevoir l’église Saint-Brice en haut à droite, construite au XIIe siècle.

Étang de la Comtesse (Les Forges)

Situé non loin du réservoir de Bouzey, l’étang de la Comtesse et sa tourbière constituent un coin de verdure idéal pour une balade au cœur de la forêt vosgienne. Au-delà de son cadre reposant, le lieu abrite un écosystème remarquable où les grenouilles s’en donnent à cœur joie entre les nénuphars et les droséras (plante carnivore).

Les amoureux des plantes peuvent d’ailleurs aussi consulter notre album de belles illustrations sur les plantes aquatiques de Lorraine !

Étang de Huchère (Saint-Nabord)

L’étang de Huchère se trouve au cœur de la forêt domaniale de la commune de Saint-Nabord. Ce plan d’eau offre un cadre naturel sauvage verdoyant aux promeneurs qui décident de s’y aventurer. Il peut aussi servir de point de départ à de nombreuses marches et randonnées en vue d’explorer les alentours de la commune.

Lac des Corbeaux (La Bresse)

Ce magnifique lac glaciaire bordé de sapins est situé à environ 890 m d’altitude, près de la commune de La Bresse. Facilement accessible, c’est un lieu idéal pour une balade dans un cadre naturel idyllique. Son appellation ne ferait pas référence au volatile bien connu mais trouverait son origine dans la déformation du nom d’un lieu-dit qui était proche du lac, « Les Courbés ».

Un barrage a été construit en 1901 sur le lac afin de fournir de l’électricité pour la commune de La Bresse, faisant de cette dernière une des premières localités vosgiennes à en bénéficier. Le barrage et l’usine électrique sont encore en activité aujourd’hui.

Lac de Longemer

Ce beau lac naturel d’origine glaciaire doit son nom à sa forme allongée (déformation de « Longue Mer ») : situé à 740 m d’altitude au cœur de la Vallée des Lacs, il s’étire en effet sur une longueur d’un peu moins de 2 km pour une largeur d’environ 500 m, couvrant une superficie de 76 ha.

Selon la légende, un arbre géant occupait il y a longtemps cette vallée. L’arbre était tellement imposant qu’il parvenait à masquer la lumière du soleil pour ses habitants. Se retrouvant ainsi plongés dans l’obscurité, hommes et animaux décidèrent de s’unir pour se révolter, lançant une attaque contre l’arbre pour le faire tomber, en vain. Alors un terrible orage éclata, et la foudre fit enfin s’abattre le géant, ce dernier laissant derrière lui un énorme trou, donnant ainsi naissance au Lac de Longemer.

Réservoir de Bouzey (Sanchey)

Le réservoir de Bouzey, qui se trouve dans la périphérie d’Épinal, aux abords de la commune de Sanchey, est un grand lac artificiel propice aux sorties en plein air. Il accueille de nombreux visiteurs pour des promenades, de la pêche ou encore de multiples activités nautiques. Situé à 360 m d’altitude et pouvant atteindre une surface de 140 ha, il s’agit d’un des plus vastes plans d’eau des Vosges.

Le réservoir a été creusé à l’origine pour alimenter le canal de l’Est, qui fut construit entre 1874 et 1882 pour relier la Meuse et la Moselle à la Saône. Sa Branche Sud prendra par la suite le nom de canal des Vosges. En 1895, la digue qui retenait les eaux du réservoir a cédé, provoquant une catastrophe qui entraîna la mort de 86 personnes. Le barrage a été reconstruit et consolidé entre 1930 et 1939.

Étang de Pointhaie (Bruyères)

Sorties en barques sur l’étang de Pointhaie à Bruyères. Les visiteurs qui préfèrent la terre ferme peuvent, depuis l’étang, suivre un sentier menant aux Roches de Pointhaie ou, pour les plus courageux, faire la complète ascension du mont Avison (593 m d’altitude), visible à droite sur cette photo. Ce dernier est surmonté d’un mirador, construit en 1900, qui offre un charmant panorama sur la ville.

Lac de Gérardmer

Ce célèbre lac naturel des Vosges est évidemment l’un des lieux touristiques les plus connus de la région. D’origine glaciaire, le lac de Gérardmer est situé à une altitude de 660 m et s’étend sur environ 115 ha de surface, constituant l’un des plus importants lacs naturels de la région, apprécié aussi bien pour la majesté de son cadre que pour les multiples activités de loisir auxquels les visiteurs peuvent s’adonner.

Surnommé la « Perle des Vosges », Gérardmer devient un lieu touristique très fréquenté dès le XIXe siècle. La ville accueille d’ailleurs le premier office du tourisme de France en 1875. La région était notamment accessible pour les voyageurs par voie de chemin de fer, et une ligne de tramway pouvait transporter les visiteurs jusqu’au sommet du Hohneck.

Lac des Perches (Rimbach-près-Masevaux)

Ce joli lac de forme arrondie se trouve dans un ancien cirque glaciaire. Accessible uniquement à pied, notamment depuis la commune de Rimbach-près-Masevaux, il est situé à un peu moins de 1000 m d’altitude et couvre une superficie de 4,4 ha.

Son nom français est dû à une mauvaise interprétation de l’ancien nom local, à savoir « lac des Bers », en référence à d’anciennes chaumes qui étaient situées aux abords du lac. « Bers » devint progressivement « Barsch » qui signifie « perche » en allemand.

Le nom alsacien du lac quant à lui est « Sternsee », soit « lac des Étoiles ». En effet, selon une légende ancienne, un jeune garçon qui vivait dans une ferme près du lac aperçut une nuit une étoile filante. Souhaitant l’attraper il sortit dehors et, attiré par le reflet flamboyant de l’étoile dans le lac, il fut malheureusement englouti par les eaux…

Lac de Retournemer

Ce lac d’origine glaciaire est situé au pied du massif du Hohneck. Traversé par les eaux de la Vologne, il se trouve à une altitude de 776 m et couvre une superficie de 5,5 ha. Comme beaucoup d’autres endroits de la région, de nombreuses légendes existent autour de ce lieu. On raconte notamment qu’il est habité par des fées qui sortent la nuit au clair de lune. Leurs robes reflètent la couleur verte des eaux du lac, et sur une musique ensorcelante elles s’adonnent à une danse qui attire les promeneurs curieux. Les malheureux qui ont été séduits sont alors emportés par les fées au fond du lac…

Non loin du plan d’eau se trouve la route du Col de la Schlucht, construite au XIXe siècle pour rendre la région plus accessible. Un tunnel a été creusé dans une roche appelée Roche du Diable. Selon la légende, le diable se serait installé à cet endroit, provoquant la colère de Dieu. La foudre aurait alors fait éclater la roche, qui serait tombée au fond du lac… Ce belvédère est encore aujourd’hui un lieu idéal pour contempler la Vallée des Lacs.

Étang d’Hérival (Val-d'Ajol)

Situé au cœur de la majestueuse forêt d’Hérival, cet étang riche en poissons créé au XVe siècle est utilisé encore aujourd’hui pour l’élevage de différentes espèces comme les carpes ou les gardons.

Non loin de l’étang se trouvent les restes de l’ancien prieuré d’Hérival, fondé au XIe siècle par deux religieux originaires d’Épinal. Il a accueilli au cours des années de nombreux moines qui souhaitaient mener une vie d’ermite. Le prieuré disparaît cependant avec la Révolution lorsque les biens religieux sont saisis par l’État. Les bâtiments du prieuré seront plus tard vendus aux enchères.

Étang de Martigny-les-Bains

Sortie en famille au parc thermal de Martigny-les-Bains, aux abords de l’étang. La commune doit son surnom de « Versailles thermal » à la découverte d’une source puis la création d’une fameuse station thermale en 1860. Celle-ci va se développer progressivement entre la fin du XIXe et la première moitié du XXe siècle. Un Hôtel des Bains verra le jour et le parc va couvrir une surface allant jusqu’à 20 ha. Des personnalités importantes ont visité la station, comme le Shah de Perse en 1902, témoignant de la notoriété de l’établissement à l’époque. La Seconde Guerre Mondiale mettra cependant un coup d’arrêt à l’activité de la station.

Étang de Poissompré (Épinal)

L’étang de Poissompré se trouvait dans le parc du château d’Épinal, avant que le plan d’eau ne soit asséché pour y aménager une patinoire, inaugurée en 1970 (la patinoire Poissompré existe toujours, elle a été reconstruite au même endroit en 2011). Avant d’être asséché puis aménagé, l’étang faisait déjà la joie des patineurs sur glace en hiver !

N’hésitez pas à consulter notre album sur le parc du château d’Épinal pour voir d’autres magnifiques illustrations du même artiste, le peintre et illustrateur Charles Pensée, né à Épinal.

Étang de Xennois (Saint-Étienne-lès-Remiremont)

Cet étang privé situé sur la commune de Saint-Étienne-lès-Remiremont offre un délicieux petit coin de nature et de calme aux habitants. Les curieux peuvent aussi suivre le ruisseau de Seux jusqu’à la cascade de Miraumont pour admirer une autre vue pittoresque.

Étang de Plombières-les-Bains

Une vue de l’étang du parc impérial de Plombières-les-Bains. Ce parc a été créé en 1856 à la demande de Napoléon III lui-même, qui fut l’un des visiteurs illustres de la ville et a fortement contribué à sa notoriété. Plombières-les-Bains, surnommée la « ville aux mille balcons », est en effet une ancienne station thermale très réputée, fondée à l’origine par les Romains qui y avaient découvert des sources chaudes. En 1857 vont débuter les travaux des Thermes Napoléon, magnifique établissement (lui aussi construit sous l’impulsion de l’Empereur) qui témoigne de l’importance qu’avait cette station thermale au XIXe siècle.

Lac de la Maix (Vexaincourt)

Petit lac d’origine glaciaire situé près du village de Vexaincourt, dans le massif du Donon, le lac de la Maix est un lieu chargé d’histoire. Une chapelle fut en effet construite en 1508 aux abords du lac, appelée « chapelle de la Mer ». Celle-ci devint un important lieu de pèlerinage au cours des siècles avant de disparaître. Une nouvelle chapelle fut construite sur cet emplacement en 1865, la chapelle Notre-Dame-de-la-Maix, qui existe encore aujourd’hui. Non loin d’elle se trouve aussi un impressionnant sarcophage mérovingien.

De nombreuses légendes existent par ailleurs autour de ce lieu, comme la légende de la Vierge noire, mais c’est sans doute la légende du Diable Violoneux qui est la plus connue.

À l’emplacement du lac existait il y a longtemps un pré où les jeunes du village venaient danser les dimanches. Un jour un musicien mystérieux apparut et se mit à jouer des airs étranges sur son violon. Les jeunes furent charmés et séduits, et emportés par la musique et la danse, ils oublièrent la messe et se détournèrent de leur devoir religieux. Comme châtiment divin, le pré fut englouti avec toute cette jeunesse dansante, donnant ainsi naissance au lac de la Maix.

Lac des Récollets (Bulgnéville)

Cet étang de pêche situé à Bulgnéville doit son nom à un ancien couvent fondé par des religieux de l’ordre des Récollets qui avait été construit à proximité. Désigné à partir du XVIIe siècle sous l’appellation « étang des Récollets », le plan d’eau connaîtra plusieurs aménagements et ne deviendra officiellement un « lac » qu’au cours du XXe siècle, avant tout pour des raisons touristiques.

Bulgnéville possède quant à elle plusieurs lieux et monuments d’intérêt patrimonial, notamment l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul datant du XIIe siècle, dont la chapelle contient un certain nombre de statues remarquables, en particulier l’ensemble appelé « Le Sépulcre » représentant une mise au tombeau.

Étang de Claudon-Droiteval

Un étang situé aux abords du hameau de Droiteval, à proximité du village de Claudon. Le site est remarquable à la fois pour son château bâti au XIXe siècle par le maître de forges Jean-Baptiste Jacquinot, visible à gauche sur cette carte postale, et son abbaye cistercienne, Notre-Dame de Droiteval, fondée au XIIe siècle par le seigneur Aubert de Darney. L’abbaye abrite aujourd’hui le Centre d’Art et Culture de Droiteval et accueille notamment des concerts et des artistes en résidence.

Étang des Dames (Plainfaing)

L’étang des Dames situé à Plainfaing est un charmant petit plan d’eau qui peut servir aujourd’hui de point de départ pour de nombreuses balades et randonnées dans les environs. Les curieux peuvent notamment aller contempler la belle cascade du Rudlin qui se trouve à moins d’un kilomètre à vol d’oiseau.

La chapelle Saint-Jean-Baptiste, visible au premier plan, date du XVIIe siècle. Endommagée pendant la Seconde Guerre Mondiale, son clocher autrefois néogothique (encore visible sur cette photo) a été reconstruit en essis de bois, selon la tradition vosgienne.